Accueil Baromètres Belgique

Belgique

Deux séries de questionnaires inspirés des enquêtes de 2009 et 2010, appelés les baromètres FOOD, ont été envoyées chaque année depuis 2012, afin de contrôler l’évolution des habitudes et des opinions des deux groupes cibles (les employés et les restaurateurs) en matière d’équilibre alimentaire.

Employés

En 2016, 68 % des employés belges prenaient chaque jour un repas de midi, et ce pourcentage est resté assez constant au fil des années. Il est proche de la moyenne européenne, laquelle se montait à 71 % en 2016.

La plupart des répondants (54 %) mangeaient généralement de la nourriture préparée à la maison. Au fil des années, nous constatons une augmentation de la consommation de nourriture préparée à domicile et une diminution de la consommation de sandwichs.

En 2016, lorsqu’ils choisissaient un restaurant, les travailleurs belges considéraient comme importants ou très importants les critères pratiques liés aux contraintes de la vie professionnelle tels qu’un service rapide (84 %) et la localisation du restaurant, qui devait se situer à proximité de leur lieu de travail (83 %). Les repas servis devaient être abordables (82 %), l’environnement du restaurant devait être agréable (76 %) et le restaurant devait proposer des aliments locaux et de saison (64 %). Ces pourcentages sont restés assez stables au fil des années.

En 2016, les travailleurs belges accordaient une réelle importance à l’offre de repas équilibrés dans leur choix d’un restaurant, puisque 73 % des répondants estimaient qu’il était important ou très important que le restaurant propose des repas affichant une bonne qualité nutritionnelle. Ce pourcentage est proche de la moyenne européenne de 2016, qui était de 77 %. Ce pourcentage est resté assez constant au cours des 5 années.

En 2016, près de la moitié des employés belges (47 %) déclaraient que le caractère équilibré du repas influençait leur choix. Ce critère était le troisième par ordre d’importance et venait juste après leur envie sur le moment (71 %) et le prix du repas (53 %).

Le pourcentage d’employés belges déclarant que le caractère équilibré du repas influençait leur choix n’avait jamais été aussi élevé qu’en 2016, ce qui montre leur intérêt croissant pour une alimentation équilibrée.

Restaurants

En 2016, 46 % des restaurateurs belges déclaraient ne pas s’intéresser au caractère équilibré de l’alimentation. Parmi les pays qui participent au programme FOOD, la Belgique est celui où les restaurateurs montraient le moins d’intérêt dans les connaissances en matière d’alimentation équilibrée. Toutefois, les restaurateurs belges témoignaient davantage d’intérêt à cet aspect par le passé, ce qui montre une tendance au renforcement du scepticisme et à l’essoufflement de l’intérêt pour la préparation de repas sains dans ce groupe.

En 2016, 17 % des restaurateurs belges ont constaté une augmentation de la demande de repas équilibrés/sains. Ce pourcentage est inférieur à la moyenne européenne (36 %). Le pourcentage de restaurateurs qui constataient une augmentation de la demande de repas équilibrés/sains était plus élevé en 2012 et 2014. Ce résultat montre que les restaurateurs belges ne sont pas vraiment conscients de cette demande croissante de repas sains que l’on constate pourtant du côté des employés.

En 2016, les restaurateurs belges avaient davantage de préjugés au sujet de l’alimentation équilibrée par rapport aux restaurateurs des autres pays qui participent au programme FOOD, puisqu’un pourcentage inférieur parmi les restaurateurs belges n’était pas d’accord ou pas du tout d’accord avec les affirmations selon lesquelles la préparation de repas sains était plus coûteuse (14 %), prenait plus de temps (24 %), et était plus complexe (32 %).

Les préjugés sur la préparation de repas sains se sont encore renforcés en 2016 par rapport aux années précédentes, et tout particulièrement par rapport à 2014, puisque nous notons une diminution évidente du pourcentage de restaurateurs qui déclarent ne pas être d’accord ou ne pas être d’accord du tout avec les affirmations négatives précitées.

Conclusions

Il existe une incohérence entre l’offre et la demande de repas sains en Belgique. Les employés belges accordent toujours plus d’importance à l’alimentation saine, tandis que les restaurateurs belges ne sont pas conscients de cette hausse de la demande. De plus, les restaurateurs belges ont des préjugés bien ancrés au sujet de l’alimentation équilibrée et montrent un faible intérêt pour en apprendre davantage à ce sujet par rapport à la moyenne européenne, deux tendances qui se sont par ailleurs récemment renforcées.